naar top
Menu
Logo Print
16/09/2019 - ELISE NOYEZ

PLAN PAR ETAPES POUR UNE ANALYSE PRECISE DES GAZ DE COMBUSTION

UN MESURAGE CORRECT EXIGE UN REGLAGE DU POINT ZERO CORRECT

Mesurer, c’est savoir. Une devise bien connue. Dans le secteur du chauffage aussi, où l’analyse des gaz de combustion est un élément obligatoire de tout contrôle de brûleur, qu'il s'agisse d'une chaudière au gaz ou au mazout. En Belgique, cela implique depuis longtemps déjà l’utilisation d’un appareil de mesure électronique. Simple, non? Quasiment toutes les mesures et les conversions éventuelles sont automatiques. Mais attention, une autre devise est d’application: la hâte est mère de l’échec. Pour une mesure correcte, vous devez non seulement connaître votre appareil par cœur, mais devez aussi surtout contrôler son état actuel. Vous ne pouvez donc pas sauter ces étapes.

 

rookgasanalyse, verbrandingsgasanalyse, Euro Index

1. CONTROLEZ L’ETANCHEITE A L’AIR DE VOS INSTRUMENTS DE MESURE

Avant de pouvoir procéder au mesurage, l’étanchéité à l’air de l’instrument de mesure doit être contrôlée. Cela vaut aussi bien pour les appareils de mesure électroniques que pour les pompes à indice de fumée et les manomètres. Si on ne peut pas garantir l’étanchéité à l’air, il est, en effet, possible que de l’air de la pièce soit aspiré pendant le mesurage et que les gaz de combustion soient donc raréfiés, générant des résultats de mesure incorrects.

Les appareils de mesure électroniques ont un certain nombre d’éléments sensibles, parmi lesquels, p.ex. l'accouplement de la sonde et de la poignée, le boîtier du filtre et les connexions des tuyaux de mesure. La détérioration de ces éléments – p.ex. à la suite d’une chute – ne se voit souvent pas à l’œil nu. L’étanchéité à l’air de l’instrument (ou au moins de la sonde) doit donc être testée activement. Pour cela, vous fermez complètement les ouvertures de mesure, puis vous activez la pompe ou un soufflet externe. Si un vide se crée, l’étanchéité à l’air est garantie.

Bien que certains appareils de mesure électroniques reconnaissent un tel test – vous recevez p.ex. le message ‘test de dépression réussi’, il ne s’effectue pour le moment pas automatiquement au démarrage. Le législateur ne demande pas non plus que l'essai sur les certificats de combustion soit déclaré, mais considère qu'il relève de la responsabilité du technicien.

rookgasanalyse, verbrandingsgasanalyse
L'appareil de mesure électronique vous permet généralement d'envoyer directement les résultats de la mesure

2. EXECUTEZ LE REGLAGE DU POINT ZERO

Lors du démarrage d’un appareil de mesure électronique, un réglage du point zéro est toujours réalisé. Il a deux fonctions cruciales: contrôler les cellules de mesure d’une part et définir les valeurs de référence d’autre part.

Contrôle des cellules de mesure

Les appareils de mesure électroniques disposent de différentes cellules de mesure pour déterminer les différents paramètres. Comme ces cellules sont sensibles à la condensation, on contrôle la tension de sortie sur les cellules de mesure au démarrage de l’appareil.

Si elle est constante, vous pouvez poursuivre le mesurage. Sinon, un message d’erreur s’affiche et vous devez, selon la cause, laisser sécher l’appareil ou remplacer les cellules. Attention: même en cas de message d’erreur, vous pouvez toujours exécuter une mesure. Les résultats ne seront toutefois en aucun cas fiables.

Définir la référence

Pour que les résultats de mesure dans l’appareil puissent être analysés correctement, chaque appareil a besoin d’une référence. Pour cela, vous devez non seulement indiquer le bon combustible sur l’appareil, mais vous devez aussi exécuter une mesure de référence. Par exemple, l'appareil utilise la tension électrique de ses cellules de mesure pour régler la valeur O2 à 21% et la valeur CO à 0 mg/kWh par défaut. Comme cela se fait indépendamment de la concentration réelle dans le flux de gaz aspiré, il est essentiel que ce réglage du point zéro ait lieu. dans un environnement avec de l’air frais pur, c.-à-d. pas dans la chaufferie!

Si vous l’effectuez dans une chaufferie où il y a éventuellement déjà un problème de combustion, l’appareil considérera, en effet, cette mesure comme normale, et le problème (p.ex. une concentration de CO accrue) risque de ne pas être détecté lors du mesurage réel.

Quelques paramètres cachés jouent par ailleurs aussi ici un rôle.

Paramètres cachés

Chaque appareil de mesure englobe une série de réglages internes, comme la pression d’air, le CO2,max, ... L’appareil utilise ces paramètres pour pouvoir interpréter les résultats de la mesure et les convertir, en cas de besoin, en les bons paramètres.

Les appareils pour le marché belge sont nor­malement réglés sur la pression atmosphérique au niveau de la mer. Pour le CO2,max, des valeurs fixes propres au type de combustible sont utilisées, même s’il y a toujours des discussions à ce sujet. Selon le fabricant, soit les valeurs théoriques (invariables), soit les moyennes annuelles com­muniquées e.a. par gaznaturel.be, seront, en effet, utilisées. Dans ce dernier cas, les valeurs sont contrôlées pendant le calibrage et actualisées si nécessaire.

Pour le moment, il n’y a cependant pas de contrôle sur ces paramètres. Ils ne doivent pas être repris sur l’attestation de combustion et n’apparaissent pas sur l’extrait de mesure de tous les appareils. Dans de nombreux cas, ils ne peuvent même pas être consultés sur l’appareil, et encore moins être adaptés. Ce, alors que différentes valeurs circulent donc pour le CO2,max et que de telles valeurs supposées (ou cachées) ont aussi une influence sur les résultats de mesure (et leur exactitude).

Aujourd’hui, vous n’avez hélas pas beaucoup d’impact là-dessus (il n’y a pas non plus encore de cadre réglementaire pour le ‘bon’ CO2,max), mais soyez-en en tout cas conscient. Essayez p.ex. de trouver un maximum de ces paramètres ou de les demander au fabricant, et prenez-en au moins note dans votre propre administration.

3. CHOISISSEZ LA BONNE SONDE DE TEMPERATURE

Une évidence, et pourtant: utilisez la bonne sonde pour le bon appareil. La sonde à gaz de combustion est un élément obligatoire de tout appareil de mesure, mais pour la deuxième sonde de température, vous pouvez vous tromper. Utilisez la sonde courte pour les appareils avec un circuit de combustion ouvert (type B), et la sonde longue pour ceux avec un circuit de combustion fermé (type C). Veillez à ce que les sondes soient placées correctement. Les gaz de combustion doivent être mesurés dans le flux de base!

rookgasanalyse, verbrandingsgasanalyse
La pression peut être mesurée de manière analogique ou électronique

4. N’AJOUTEZ PAS AINSI DES OUVERTURES DE MESURE

Le mesurage se fait par ailleurs toujours au niveau du flux au-dessus du brûleur (ou, dans certains cas, derrière). Les chaudières récentes (production à partir de 2007) sont déjà dotées pour cela des ouvertures de mesure représentatives nécessaires, mais ce n’est pas le cas pour les appareils plus anciens. Dans ce cas, deux options:

  • dans le cas d’un appareil de type B, vous pouvez – si cela n’a pas encore été fait lors de contrôles antérieurs – réaliser vous-même les ouvertures de mesure ou un élément de cheminée adapté. Consultez ici le code de bonne pratique de l’ATTB;
  • dans le cas d’un appareil de type C, il n’est pas possible, ni autorisé, de faire soi-même des ouvertures de mesure. Un mesurage via l’ouverture de maintenance interne, comme les fabricants de chaudières le proposent parfois, n’est pas autorisé non plus. Les appareils plus anciens de type C sont donc dispensés de l’analyse des gaz de combustion en Wallonie et en Flandre. A Bruxelles, cette dispense n’est plus d’application depuis peu et ces appareils doivent par définition être remplacés.

5. ACTIVEZ LE BON MODE DE TEST

Au niveau du brûleur même, il ne faut par ailleurs pas seulement accorder de l’attention aux ouvertures de mesure. Il faut aussi maîtriser les aspects techniques liés au réglage de la chaudière. Vous devez donc bien savoir de quelle manière activer le bon programme de test de la chaudière et c’est justement ce qui peut varier d’un fabricant à l’autre. Surveillez aussi si vous testez à pleine charge ou à faible charge (ou même charge partielle). La première est toujours obligatoire; la deuxième et la troisième seulement dans certains cas.

Sachez en tout cas que l’activation du bon mode de test implique plus qu’une brève poussée sur le petit symbole du ramoneur!

rookgasanalyse, verbrandingsgasanalyse, Testo
L'une des principales préoccupations est de mesurer suffisamment longtemps. Cela signifie: jusqu'à ce que
les valeurs d'O2 et de CO se soient stabilisées. Cependant, la température continuera de varier

6. MESUREZ ASSEZ LONGTEMPS

Pour obtenir un résultat de mesure représentatif, une certaine quantité de gaz de combustion doit passer par les cellules de mesure. Cette quantité est similaire pour la plupart des appareils de mesure, mais comme la longueur des sondes et la puissance de la pompe interne peuvent varier d’une marque à l’autre, la durée d’une mesure représentative varie aussi. On part du principe qu’un mesurage est fini quand les valeurs de O2 et de CO sont stabilisées (la température continuera à varier).

La surveillance de la bonne durée de l’analyse s’avère encore trop souvent problématique lors du mesurage à puissance maximale. Si la chaleur générée par le brûleur ne peut pas s’évacuer, la chaudière s’arrêtera, en effet, avant que la mesure des gaz de combustion soit terminée. Même si tous les radiateurs sont ouverts, cela arrive encore souvent, en raison du surdimensionnement de nombreux brûleurs. Une analyse correcte des gaz de combustion ne peut alors pas être exécutée.

Pour y remédier, le test à pleine charge est souvent exécuté en mode ECS. Certains fabricants de chaudières y ont même déjà adapté leurs modes de test. Et bien que la législation prescrive que l’analyse des gaz de combustion se fasse toujours en mode chauffage, les résultats d’un test à pleine charge en mode ECS sont aussi acceptés par le secteur, à condition qu’ils répondent aux exigences légales.

7. CONTROLEZ SI VOTRE APPA­REIL DE MESURE NE DERIVE PAS

Du premier test d’étanchéité à l’air en passant par le mesurage initial, l’entretien et la deuxième mesure des gaz de combustion, … une analyse des gaz de combustion prend assez bien de temps. Au cours de cette période, un certain nombre de choses peuvent, en outre, changer. P.ex.: des cellules de mesure obsolètes peuvent ‘dériver’, elles peuvent être endommagées par la con­den­sation dans l’appareil ou des interférences électriques peuvent survenir. Le réglage du point zéro initial doit être encore vérifié après toutes les mesures et dans les mêmes conditions que le réglage du zéro original.

Si les valeurs restent inchangées lors de cette mesure de contrôle, les mesures de gaz de combustion sont réussies. Si les résultats sont différents du réglage du point zéro original, des problèmes sont survenus. Il faut d’abord éliminer la cause – condensation, interférences à cause de la charge de l’appareil, … – avant de répéter le processus de mesure.

rookgasanalyse, verbrandingsgasanalyse
Après, vidangez toujours l’absorption de condensation de l’appareil

8. RANGEZ VOTRE APPAREIL AVEC PRECAUTION

Afin de vous éviter un double travail, il est essentiel de garder votre appareil de mesure en parfait état. Cela signifie:

  • charger à temps: les appareils de mesure récents peuvent être chargés pendant le mesurage, mais dans le cas de la plupart des appareils plus anciens, cela peut générer des inter­férences électriques. Il vaut donc mieux charger l’appareil le plus possible en dehors des heures d’utilisation;
  • éviter la condensation: les cellules de mesure sont très sensibles à la condensation. Contrôlez donc après chaque utilisation l’absorption de condensation et filtrez et videz si nécessaire. En cas de grande quantité de condensation, ouvrez le réservoir et laissez sécher à l’air. Ne laissez pas votre appareil de mesure la nuit dans votre camionnette. Si vous rentrez un appareil froid dans une chaufferie chaude, de la condensation peut vite se déposer sur les cellules de mesure;
  • faire calibrer: selon la loi, les appareils de mesure électroniques doivent être calibrés tous les 2 ans. Pour satisfaire aux conditions de garantie, certains fabricants prescrivent un calibrage plus fréquent. Tenez compte du fait que votre appareil peut alors être hors service une à deux semaines.